LA CHAIR
DE L’OBJET

"La Chair de l'objet" tire sa singularité dans son processus de création et sa destination : les jeunes, de 12 à 17 ans.

À PROPOS DE LA CHAIR DE L’OBJET

Pièce en diptyque, un duo suivi d’un trio

Cette pièce s’empare de la question de la construction de l’identité chez les adolescents (ce que l’on nomme communément la “crise” d’adolescence). Elle se compose d’un duo suivi d’un trio qui peuvent se jouer en boîte noire et hors boîte noire, en collèges et lycées, en lien avec des ateliers. A travers « La chair de l’objet », le chorégraphe David Drouard s’intéresse au domaine de l’expressivité des corps à l’adolescence.

Ce projet naît du désir d’émanciper la danse de son enveloppe visuelle sociale et identitaire pour n’en conserver que la chaleur humaine de l’être. 

Face à la situation actuelle du monde de ces visages masqués et de l’intensité à s’affranchir sortir des carcans identitaires, le chorégraphe fait le choix de confronter deux interprétations avec des danseurs et  danseuses qui s’expriment avec une force contemporaine, tout en maitrisant leur technique, quelle soit urbaine ou contemporaine.

Cette création tire sa singularité de son processus, comme souvent dans les pièces de David Drouard. L’écriture chorégraphique est intrinsèquement liée au dialogue que le chorégraphe tisse avec des collégiens et lycéens autour de la question de l’identité. 

Un duo questionnant le corps « sécurisé »

La pièce s’ouvre sur un duo porté par Evguenia Chetchelkova et David Drouard : une dialogue qui pousse à son paroxysme l’idée du corps « sécurisé » en mettant en mouvement deux corps parés d’un masque total (ou masque du corps), à savoir un « zentaï ». 

Ces deux silhouettes dépourvues de visages, d’expressions, de couleurs de peau, d’âges, d’origines ethniques, feront l’exploration de ce que subsiste alors en organicité, en vivant, en singularité et en relations sociales.

Un trio sur l’exploration et la construction de soi

Le trio est porté par Maëlle Omnès, David Walther et Germain Zambi, interprètes issus des cultures urbaines. Il comprend une dimension plus fictionnelle :  le spectateur voit évoluer un même personnage, composé de facettes multiples dans le contexte d’un paysage non terrien, extraterrestre. Le lien avec la notion de territoire aura une dimension importante, avec un aspect science-fiction. L’idée de conquête de l’ailleurs fera écho à la découverte d’autres pans de sa propre personnalité.

À l’adolescence, l’individu se cherche et expérimente différentes manières d’être. C’est ce processus de construction, caractérisé par le multiple qu’explore le chorégraphe.  

Télécharger le dossier de presse

Distribution 

Chorégraphe : David Drouard

Interprètes : Evguenia Chetchelkova, David Drouard (duo), Maëlle Omnès, David Walther, Germain Zambi (Trio)

Assisante : Sara Tan

Création lumière : Jeronimo Roe

Costumes : Cédric Tirado

Compositeur : Alexandre Dei Castaing 

Conditions de tournée
  • Pièce conçue à la fois pour la boîte noire et pour jouer dans les collèges et lycées (intér./extér.)
  • 8 personnes en tournée

Production DADR Cie 

Coproductions et accueils en résidence : Théâtre Onyx de St-Herblain – Scène conventionnée d’intérêt national, Théâtre de Laval – Centre national de la marionnette, LUX – Scène Nationale de Valence, UMA – Studio DADR Cie à Laval.

Le projet est soutenu par la DRAC Pays de la Loire.